Spider-Man : No Way Home : critique – Tom Holland s’envole dans le multivers

  • Rédigé par : Eloise
  • Date : 14 décembre 2021
  • Temps de lecture : 6 min.

Depuis des mois, la hype entourant Spider-Man : No Way Home est inéluctable. Depuis l’énorme cliffhanger final de Spider-Man : Far From Home de 2019, dans lequel la version MCU de J. Jonah Jameson a à la fois piégé Spider-Man pour la mort de Mysterio et révélé simultanément son identité secrète, les fans se sont demandés comment Peter Parker (Tom Holland) allait affronter la pire possibilité qu’il puisse imaginer. Comment survivrait-il au fait de ne plus être anonyme ?

De plus, qui est cette version de Jameson et pourquoi J.K. Simmons l’incarne-t-il à nouveau après 14 ans d’absence ?

Ce n’est pas un spoiler que de dire – c’est dans les bandes-annonces, pour l’amour du ciel – que ces questions trouvent une réponse assez rapidement dans le premier acte de No Way Home. Alors que Peter est recherché par la police et que sa couverture a été détruite, son monde est maintenant chamboulé. Tante May (Marisa Tomei), son meilleur ami Ned (Jacob Batalon) et l’amour de sa vie, Michelle « MJ » Watson (Zendaya) sont également pris dans le tourbillon de la mauvaise publicité, qui menace de prendre le dessus sur toutes leurs vies. Peter fait donc la seule chose sensée à laquelle il peut penser : Il demande de l’aide à un autre vengeur.

Ce vengeur est le Docteur Strange (Benedict Cumberbatch), qui ressent la douleur de Peter et accepte de jeter un sort qui fera oublier à tous que Peter est Spider-Man. Mais Peter se rend compte à mi-chemin du processus qu’il ne veut pas que tout le monde oublie – principalement les trois personnes mentionnées ci-dessus – et sa tentative de faire en sorte que Strange modifie le sort en cours de route ouvre une faille dans l’univers qui n’aurait jamais dû être ouverte.

C’est par cette fissure qu’arrive un assortiment de méchants qui sont de parfaits inconnus pour ce Peter Parker, mais bien connus des fans des époques Tobey Maguire et Andrew Garfield de la franchise Spider-Man : Le Dr Otto « Doc Ock » Octavius (Alfred Molina), Max « Electro » Dillon (Jamie Foxx), Flint « Sandman » Marko (Thomas Haden Church), le Dr Curt « le Lézard » Connors (Rhys Ifans), et, le plus inquiétant de tous, Norman Osborn (Willem Dafoe). Oui, le Bouffon Vert original est de retour. Ce n’est pas tout à fait le Sinister Six, mais c’est certainement un Fearsome Five que Peter doit rassembler et permettre à Strange de le renvoyer chez lui. Ce qui est bien plus difficile qu’il n’y paraît.

Le dilemme qui se pose à Peter dans Spider-Man : No Way Home est une énigme presque tout droit sortie d’une bande dessinée classique de Spider-Man. Alors qu’il traque ces voyous, Peter décide de faire ce qui est juste au lieu de faire ce qui est simple, et ses actions ont des ramifications pour lui et ses proches qui mettent cet adolescent à rude épreuve comme jamais auparavant. « J’oublie parfois que tu es encore un enfant », dit Strange à un moment donné, et cela résume bien les tourments de Peter. Malgré tout ce qu’il a vu et fait dans sa jeune vie, il reste un enfant, et les décisions qu’il prend peuvent être impulsives, voire mauvaises.

Il faut un peu de temps pour que Spider-Man : No Way Home entre dans le vif du sujet, et une partie de la première moitié du film présente des tournures maladroites. Mais une fois que le réalisateur Jon Watts – qui signe son troisième film sur Spider-Man, sur un scénario des scénaristes de Far From Home, Chris McKenna et Eric Sommers – s’attaque au cœur du conflit de Spider-Man et fait monter les enjeux et l’intensité, No Way Home devient une sorte d’épopée.

Ne vous méprenez pas, il y a beaucoup de fan service dans No Way Home. Mais nous sommes heureux de constater que le film, contrairement à tant d’autres films de super-héros à forte teneur en méchants, parvient à les faire fonctionner. Doc Ock, Electro et Norman Osborn ont tous de la matière à jouer, et même le Lézard et le Marchand de sable ont un ou deux moments pour briller. Personne ici n’est un figurant. Bien que nous ne soyons toujours pas fans du design du Lézard, nous préférons cette version du méchant de The Amazing Spider-Man. Et le fait de les voir interagir les uns avec les autres gratte la démangeaison de ceux d’entre nous qui attendaient depuis longtemps qu’une itération du Sinistre Vous-Savez-Qui arrive à l’écran.

Doctor Strange est également le bienvenu après avoir été mis sur la touche pendant la majeure partie d’Avengers : Endgame, et la relation entre lui et Spider-Man/Peter est très différente de la dynamique de ce dernier avec feu Tony Stark. Strange n’est pas un mentor ou une figure paternelle pour Peter comme l’était Tony, mais ils ne sont pas non plus tout à fait égaux. En général, Strange pense qu’il sait mieux que le jeune lycéen – et pendant un certain temps, il semble avoir raison, au grand dam de Peter.

Au cœur de tout cela se trouve l’excellente performance de Holland, et nous espérons sincèrement qu’il ne va pas raccrocher ses web-shooters après cela. No Way Home présente le meilleur travail de Holland dans le rôle de Peter et Spidey à ce jour, le film le poussant vers des extrêmes émotionnels qu’il n’avait jamais touchés auparavant. Son alchimie avec Zendaya et Batalon est également réelle (Zendaya dégage beaucoup de chaleur ici, tandis que Batalon et elle apportent également un léger soulagement comique).

L’action du film est également formidable – vous la ressentez particulièrement lors du premier combat de Spidey contre Doc Ock – et la confrontation finale atteint également des niveaux émotionnels inattendus qui permettent de boucler la boucle pour le Spider-Man de Holland. Il y a aussi une séquence de détournement de la réalité avec Doctor Strange qui semble sortie tout droit des pages d’un de leurs nombreux team-ups. En fait, une grande partie de No Way Home, avec ses multiples méchants, ses incursions dans la magie et les bizarreries du multivers, et les motivations sérieuses des personnages, s’appuie sur ses racines dans les comics bien plus que ne l’ont fait Spider-Man : Homecoming et No Way Home auparavant.

On a l’impression que Watts a fait sa sortie la plus assurée dans le MCU jusqu’à présent (ce qui est de bon augure pour sa prochaine mission, Les Quatre Fantastiques), et si les images de synthèse utilisées pour ramener le Lézard et le Marchand de sable sont encore un peu bancales, les bras de Doc Ock et la façon dont il se déplace sont plus impressionnants que jamais. La photographie de Mauro Fiore, quant à elle, est solide mais sans particularité, tandis que la partition de Michael Giacchino (après son travail sur Far From Home) touche à la fois les notes émotionnelles et les notes cosmiques plus étranges.

Spider-Man : No Way Home termine une année étrange pour Marvel sur une note forte. Alors que l’année 2021 a été marquée par un prequel agréable mais redondant (Black Widow), les débuts convaincants d’un héros méconnu (Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings) et un spectacle expérimental mais controversé mettant en scène des personnages encore plus méconnus (Eternals), No Way Home couvre l’ensemble de la gamme des films Spider-Man et place enfin le personnage sur une voie qui lui est propre. Ne manquez pas de rester pour le générique.

Spider-Man : No Way Home sort en salles le vendredi 17 décembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *