Gestion administrative : Artizen veut faciliter le quotidien des artisans du bâtiment

  • Rédigé par : Eloise
  • Date : 15 décembre 2021
  • Temps de lecture : 2 min.

Il y a peu Foucauld Roche et François Cadieux ont mis en ligne « Artizen », logiciel développé pour aider les artisans du bâtiment à gérer facilement la partie administrative et le suivi des encaissement. Il permet à l’artisan d’avoir accès à un agenda, à la localisation GPS des clients, mais aussi d’établir un devis ou une facture facilement depuis son téléphone. Les explications de Foucauld Roche, co-fondateur.

L’application Artizen, lancée en mars dernier, est née d’un constat simple : l’administration n’est ni le cœur de métier ni la tasse de thé des artisans du bâtiment.

Après avoir eu des problèmes d’étanchéité d’une fenêtre, Foucauld Roche a fait appel à un artisan pour la remplacer. L’intervention se passe bien et se fait en une journée, mais il constate que l’administration est plus « laborieuse », et que la facturation se fait plusieurs mois plus tard.

Il s’interroge alors sur les besoins des artisans en matière de gestion administrative et de dématérialisation des devis et factures. Rapidement rejoints par François Cadieux, ayant hérité d’une petite entreprise familiale spécialisée dans le bâtiment, ils décident tous les deux d’aller directement à la rencontre des artisans à la sortie des magasins d’approvisionnement du site pour les interroger et leur envoyer un questionnaire. .

Après plusieurs mois de discussions, Foucauld et François imaginent l’application « Artizen », conçue pour être la plus simple d’utilisation possible, « même pour les moins technophiles ».

« Pour le crash test, j’ai mis l’application entre les mains de ma grand-mère pour voir si elle réussissait à créer une facture », s’amuse Foucauld. « Ce qui nous distingue des autres, c’est sa facilité d’utilisation. Cela ne doit pas effrayer les gens qui sont souvent découragés par ce type d’outil », ajoute-t-il.

En décembre, les deux co-fondateurs ont lancé une première version de l’application Artizen pour la faire tester par une communauté d’une cinquantaine d’artisans. Grâce à leurs retours, les deux co-fondateurs ont ensuite lancé la version finale début mars.

« Nous avons entre 90 et 95 % de nos testeurs qui sont désormais nos clients. La plupart d’entre eux ont également le statut d’ambassadeurs et présenteront ainsi Artizen à leurs confrères », explique Foucauld.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *