Le rôle le plus effrayant de Sidney Poitier : la conscience de la guerre nucléaire

  • Rédigé par : Eloise
  • Date : 11 janvier 2022
  • Temps de lecture : 2 min.

Sidney Poitier, qui est décédé la semaine dernière à l’âge de 94 ans, était un leader à bien des égards. Il a été un professeur dans The Blackboard Jungle, a appris de ses élèves dans To Sir, With Love, et a informé le public sur les réalisations historiques avec chaque rôle qu’il a joué, des plus minces aux plus audacieux. L’un des rôles les plus mémorables de Poitier est celui de coéquipier non seulement de Richard Widmark dans The Bedford Incident (1965), mais aussi du concept même du film : La troisième guerre mondiale à l’ère atomique. Bien que cela ressemble à de la science-fiction, la technologie était réelle.

Poitier, qui a remporté l’Oscar du meilleur acteur pour le film Lilies of the Field en 1964, était l’acteur qui jouait Ben Munceford, un journaliste de magazine dans The Bedford Incident. Ce thriller sur la guerre froide n’est pas aussi connu que Dr. Strangelove de Stanley Kubrick ou : Comment j’ai appris à ne plus m’inquiéter et à aimer la bombe ou Fail-Safe de Sidney Lumet, mais il est aussi terrifiant que toute vision apocalyptique jamais portée à l’écran.

James B. Harris a réalisé The Bedford Incident. Il avait déjà été le producteur de Kubrick lorsque le roman Alerte rouge de Peter George (1958) est devenu la farce hilarante de Dr Strangelove. Harris avait peur d’une impasse nucléaire et était fan du roman de Mark Rascovich, The Bedford Incident, paru en 1963, comme un puissant répulsif à celluloïd.

Dans le film, Widmark joue le rôle du capitaine Eric Finlander, skipper de l’USS Bedford, un destroyer équipé d’armes nucléaires à usage tactique, qui fait partie de la flotte de l’OTAN. Il est à la recherche d’un sous-marin russe, dont le nom de code est « Big Red », au large du Groenland. Il est équipé de torpilles nucléaires. Le Bedford piège le Big Red dans des champs de glace flottants jusqu’à ce qu’il manque d’air, ce qui le force à faire surface et déclenche une impasse nucléaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *