Accès refusé!

WindowsServer2012Quelques fois, certains détails peuvent nous prendre quelques minutes pour rien, et je l’ai constaté sur une option de Windows Server 2012 qui était apparement déjà présente sur Windows Server 2008, qui peut se montrer pratique dans certains cas, mais qui, dans mon cas, m’à fait perdre quelques minutes.

Lors de la création d’unité organisation (que j’abrégerai par « UO » par la suite) au sein d’Active Directory, j’ai malencontreusement créé cette « UO » au mauvais endroit.
Pas très me diriez vous, il suffit d’un drag & drop pour la mettre au bon endroit…
Que nenni! Active Directory ne m’a pas laissé faire, pire, il m’a insulté à coup de message d’erreur!

erreur

Bien sur ma première réaction irréfléchie et un brin impulsive à été de crier à l’écran qui n’avait rien demandé à personne « Accès refusé? Mais c’est qui l’administrateur entre toi et moi ? ».
Quand j’ai réalisé une fraction de seconde après que « Rien ne sert de crier, il faut chercher d’où ça vient », la solution aurait été d’aller voir sur le net, ça aurait résolu en quelques secondes mon aléa, mais j’ai préféré me la faire à l’ancienne, chercher par moi même. Car tout le monde le sait, on est jamais mieux servi que par goo… euh par soi même pardon… Réflexe!
Du coup c’est dans les propriétés de l’objet que je pensais trouver de quoi le déverrouiller car j’ai constaté qu’en créant une « UO » une option était cochée d’office et je n’avais jamais pris la peine de chercher les détails de son action.

Coche
Je l’avais bien vue mais je ne pensais pas qu’un déplacement était aussi concerné par cette protection, le terme suppression accidentelle est un peu trompeur pour le coup.

Finalement après plusieurs minutes de recherches j’ai fini par me rendre compte que mon Active Directory était bien propre par rapport à mon précédent serveur que j’avais repris en cours de route et qui tournait sur 2003 (ouai faut avouer que ça fait un sacré bon en avant et il y à de quoi être un peu perdu les premiers temps). J’avais mis cette propreté sur le compte d’un Active Directory tout jeune, encore non pollué par les années d’utilisation.
Mais au final c’est juste que les fonctionnalités avancées n’étaient tout simplement pas activée.

avance

Un petit tour dans le menu affichage et un clic sur « Fonctionnalités avancées » m’à permis de retrouver tout les éléments et toutes les options.
Une fois ceci fait, je n’ai plus eu besoin que de retourner dans les propriétés de mon « UO ».

propriete

L’onglet « Objet » m’a enfin montré l’option qui m’embêtais « Protéger l’objet des suppressions accidentelles » qui une fois décochée m’a enfin permis de déplacer mon « UO » à l’endroit où je le souhaitais.

decoche
Par mesure de confort visuel, je vous invite à désactiver à nouveau les « Fonctionnalités avancées », ce qui rend l’AD certes plus minimaliste, mais moins remplis d’éléments dont nous ne nous servons pas tout les jours.

Evernote m’a tuer…

Et pourtant à la base Le cahier d’un admin’ et Evernote ont les mêmes intentions… Regrouper mes notes et aussi un peu mes humeurs…
Autant ce blog, créé il y à si longtemps déjà, m’a servi et est censé me servir encore et toujours de prise de note, d’endroit de stockage pour toutes les procédures que je pourrai oublier…  Autant j’ai vu avec le temps et avec les commentaires que le cahier d’un admin, ne servait pas qu’à moi, et que j’avais pu aider quelques uns d’entre vous…

Lorsque j’ai commencé à moins poster, je me suis dit que je me lassai, et que c’était la marche logique, MA marche logique. Tout ce que j’entreprend me lasse au bout d’un moment, ne me demandez pas pourquoi…
Mais au fur et à mesure j’ai vu que je stockais toujours, je rassemblais encore mes procédures, mais plus au même endroit… Mon « cahier d’un admin » n’était plus l’endroit le plus pratique pour retrouver mes notes…

skitch

Evernote ce logiciel magique, que tout le monde devrait connaitre, avait révolutionné ma façon de stocker l’information.
Que ce soit des bout de textes, des bribes d’images, des pages complètes, des documents scannés, et même des rappels, tout passait et passe encore par Evernote.
Il faut dire que c’est bien pratique que de pouvoir tout balancer au même endroit, et selon les étiquette, carnets et autres options bien pratiques, de voir tout ceci bien rangé et trié. Encore mieux, quel plaisir de rechercher du texte dans une image, grâce à la reconnaissance OCR!

Mais, bien que je finisse par me lasser de tout, je reviens toujours un jour au l’autre aux sources pour me dire, « Putain, c’était bien quand même! ».

Et puis on se rend compte avec le temps que le titre, écrit sur la porte de son bureau, « administrateur réseau » ne correspond parfois plus à ce que l’on se sent. Je ne me sent pas administrateur réseaux, mais un bricoleur de l’informatique en tout genre, et comme je le dis souvent, je ne suis spécialiste en rien, mais je touche à tout. Et ce constat s’est aussi fait à travers Evernote, où j’ai pu, en regardant dans la globalité de mes notes, cerner tout ce qui animait mes journées et soirées.

Un rédacteur? Certainement pas, et je suis sûr que la plupart d’entre vous, si ce n’est pas tout le monde, aura pu détecter une, voir plein de fautes d’orthographe dans ce petit texte, que je relirai bien une dizaine de fois, sans en voir… (Si tu crois qu’il y à une faute dans le titre -> Omar m’a tuer)
Un orateur? Euh… oui et non, car je ne vois pas en face d’une salle de classe, salle de réunion à déblatérer platement sur un sujet qui ne m’amuserait pas, mais il m’arrive très régulièrement de prendre la parole au seins de deux podcasts audio et vidéo.
Un partageur? Oui je sais, ce mot n’existe pas, mais on va dire qu’il correspond plus à mon cas, j’aime partage sur tout et sur rien.

Logo_Evernote

Voilà surement pourquoi ce blog s’est appauvri avec le temps. Chaque années, lorsqu’il fallait renouveler la location du domaine, je me disais toujours, et sans hésitation, qu’il fallait le renouveler sans hésiter. Et même si je n’avais aucune envie à ce moment de l’alimenter à nouveau, j’avais la conviction qu’il devait continuer à exister, je ne saurais dire pourquoi…

Et si on se disait qu’ici on pouvait partager un peu plus que le titre du blog ne le laisse penser?
Et si on se disait qu’ici on pouvait recommencer à partager et échanger?
Et si on se disait qu’ici un nouveau départ sans contraintes pouvais avoir lieu?
Et si on se disait qu’ici tu viendrais me donner ton avis?

En tout cas, si l’envie de me connaitre te prends, tu pourras découvrir mes interventions au seins de deux podcasts, Café Klatch & GameCraft ou encore me retrouver sur Twitter @Quenton. Si toi aussi tu as des phrases chocs, tu peux aussi voir @OMQMD qui veut dire « On m’a quand même dit! »…

Et gageons pour finir, qu’on risque de se retrouver ici un peu plus souvent… Qu’est ce que t’en dis ?

Winlogon, ce processus malmené!

utilities-log-viewerLors de l’ouverture d’une session d’un sytème d’exploitation Windows, le processus Winlogon se met en route et mène la barque. Il charge votre profil utilisateur et charges tout ce qui va vous permettre d’utiliser à fond votre système.

Recement j’ai eu des petits soucis de session qui se fermait immédiatement après ouverture, ce qui laisse peu de place au dépannage, même un démarrage en mode sans echec se soldait par la même sentence… Après quelques petites recherches, j’ai bien vite compris que l’antivirus (imposé par la région ((j’opère dans un ensemble scolaire)) était en conflit avec le magnifique logiciel de gestion des utilisateurs que nous utilisons nommé IACA ( Installation Automatique des Comptes pour serveurs & Administration des clients Windows).

En gros, (pour éviter de devenir dénigrant envers Norton (oups je l’ai dit)) l’antivirus, désactivait le « logon » de IACA, en le considérant comme un virus… Sauf qu’au lieu de réattribuer au lancement le Winlogon de base, il ne réattribue rien, ce qui provoque la fermeture de session immédiatement après son ouverture, rendant l’accès à la machine difficile pour les « admins » et même impossible pour l’utilisateur final…

Voici une solution que j’ai trouvé et qui n’est sans doute pas la meilleure mais qui fonctionne!

Rendez vous sur une autre machine en laissant la machine innacessible allumée. Accedez à l’aide de Telnet (je sais j’ai honte) à votre machine à soigner et injectez lui la commande suivante:

@ reg add « HKLM\SOFTWARE\Microsoft\Windows NT\CurrentVersion\Winlogon » /v userinit /d C:\WINDOWS\system32\userinit.exe, /t REG_SZ /f

commande

Une fois ceci effectué, il ne vous reste plus qu’à relancer une session administrateur sur votre machine pour « vite vite » allez rajouter le processus Winlogon IACA dans la liste d’exclusion ( dans mon cas « Cliacapro.exe »).

Mais revenons, pour finaliser, en arrière… Bien sûr, vu que vous êtes « secure » et que votre poste est à jour, le service telnet est surement arrêté. Vous pouvez directement vous connecter à partir d’une machine fonctionnelle au services d’un machine temporairement innaccessible…

services

Jusqu’a là rien de bien particulier

autreordi

Ici vous entrez le nom de la machine où vous allez activer telnet

servicetelnet

On vois bien ici, que je visualise les services d’une autre machine(1). Cherchez telnet dans la liste des services(2), ouvrez les propriétés, placez le type de démarrage sur manuel(3), cliquez sur appliquer sans quoi rien ne se passe. Et démarrez enfin telnet(4).

N’oubliez pas de le désactiver une fois l’opération de sauvetage terminée!

Remise à zéro d’une imprimante réseaux Brother

1318926570_printerJ’ai tendance à oublier le but premier de ce cahier, c’est à dire garder en notes, les choses que je fais pas souvent et que je pourrais oublier…

Donc, dans le but de redonner un peu de vie à cet espace important pour moi, voici un petit article rapide pour remettre à zéro (paramètres d’usines) une imprimante de la marque Brother.

Cet astuces est valable et testé pour les version réseaux de ces imprimantes, mais je ne vois aucune raison particulière, même si non testé, que cela ne fonctionne pas sur les version standard des imprimantes de la marque.

Sachez que cette manipulation provoque une remise à zero complete de votre machine et donc peut poser quelques petits embetement lorsque votre plan d’adressage IP n’est pas en classe C mais en classe B. En effet les machines que j’ai « reset » ont repris leurs adresses en 192.168.1.* au lieu des 172.17.* qu’elles avaient avant la remise à zéro.
Prenez bien en compte que si vous êtes en classe B, votre machine disparaîtra du réseaux et il vous faudra chercher en classe B pour la retrouver.

Remise à zéro de l’imprimante:

1. Déconnectez votre imprimante du réseau
2. Éteignez là (le capot doit être fermé)
3. Allumez l’appareil en gardant le bouton bleu enfoncé (en général le seul pour les petits modèles de la marque)
4. Relachez le bouton quand les 3 diodes sont éteinte puis pressez 7 fois le bouton bleu
5. Votre imprimante à été remise à zéro (Enjoy! vous pouvez attaquer la config!)

Une carte de voeux en avance…

Vous le savez, en entreprise on prépare toujours tout bien à l’avance. Du coup on m’a demandé il y à une semaine environs, d’envisager la création de la carte de voeux qui sera imprimée par nos soin puis envoyées aux familles (je rappelle que je travail dans un ensemble Scolaire)…
Alors en temps que bon travailleur, je m’attelle à la tâche, et commence à créer ce qui devrait être notre prochaine carte de voeux en veillant à régulièrement faire valider mon avancement, histoire de ne pas travailler pour rien…
Au final, après plus de 30 de travail (je rappelle aussi que je suis pas graphiste!!) cela ne convient pas, et je vais devoir repartir de zéro avec une nouvelle base qu’on me suggéreras!

Vu que çà me retourne un petit peu le ventre (pour rester léger), j’ai choisi de la partager avec vous, et surtout de vous laisser le libre droit de l’utiliser à votre guise…
Elle parait dans cet article en version mini mais vous pouvez, en m’envoyant un mail ou un commentaire, l’obtenir en version grand format, et sans références à ce site…

Carte de Voeux Libre

N’hésitez pas à la demander en grand format… Et n’hésitez pas à faire un petit don si le coeur vous en dit…

Soulcity

Je vous parlais récemment de Minecraft, ce jeu addictif qui à ses attraits aussi bien en solo qu’en multi-joueurs. Je vous exprimais aussi mon envie de créer mon propre serveur… Ehbien c’est fait.

texturesoulcitycahierdu

Suite à un plantage sur le serveur auquel je jouais, j’ai, avec la concertation des administrateurs de ce serveur, récupéré la carte (datant de quelques jours avant) et j’ai entrepris de créer mon propre serveur…
Histoire de repartir sur de bonnes bases, un nouveau nom lui à été donné, et un site tout neuf à fait son apparition…
Soulcity, feu craftcity, est un serveur semi-RP, composé d’une capitale et de ses villes secondaires (il n’y en a qu’une pour l’instant).

photoMAWORIOR

De nombreux plug-ins rendent le jeu plus pratique et sécuritaire. Le système économique est en place depuis peu, et même s’il nécessite quelques adaptations, il constitue l’un des plus grands intérêts de jeu de Soulcity. L’entrée sur le serveur est protégée par une White-List dont la candidature est réservée aux personnes de plus de 16 ans. De plus la présence sur le serveur vocal est obligatoire pendant le jeu ce qui permet une meilleurs connaissance des joueurs entres eux et du coup une réelle complicité dans les projets en cours. Pour plus de réalisme les animaux et monstres sont présents mais ne détruisent pas la carte (creepers)…

Je ne saurais quoi vous dire de plus, si ce n’est que je vous invite à venir faire un tour sur le site www.soulcity.fr et si le cœur vous en dit et la motivation est là, faites votre demande de White-Liste pour venir nous rejoindre dans aventures !

Logoseultexte

Il n’y à pas que le boulot dans la vie… Il y à aussi…

Tout commence par une news sur internet que l’on croise un peu par hasard. Un petit sourire esquissé et des phrases du genre « kissoncon » ou « keskecélaid » s’échappe à voix haute alors que l’on est seul devant son poste. Une deuxième news croisée quelques jours plus tard nous fait alors penser « si certains en parlent, c’est que des gens peuvent aimer çà », et bizarrement on se surprend même à lire la news.
A la troisième rencontre on lit carrément la news avec intérêts se disant à soit même que c’est pour se moquer de ces cubes tous moches mais au fond de nous nait déjà la fièvre… Par curiosité on regarde une petite vidéo de présentation, voir une vidéo qui montre comment commencer dans le jeu en espérant comprendre pourquoi le jeu à l’air de susciter autant d’intérêts sur le net. La vidéo finie c’est déjà trop tard, la CB est déjà sur le bureau prêt à cracher ces fameux numéros qui vous séparent encore quelques minutes de votre futur état d’addict.
Si vous y jouez, je pense que vous avez compris de quoi je parle. Que vous êtes aussi passé par là, que vous vous êtes aussi moqué de ces cubes pixélisés pour finalement finir par vous dire, encore quelques cubes et je vais me coucher, encore quelques cubes et je vais me coucher, encore quelques cubes et je vais me coucher, encore……

2011-03-30_08.18.48
Je parle bien sûr de Minecraft, ce jeu indépendant qui fait tant parler de lui.
Développé jusqu’à peu, par un seul homme, Markus Persson (Notch) ce jeu s’est vendu des milliers d’exemplaire alors que ce n’est qu’une version non finalisée !
Expliquer le concept serait bien prétentieux car on en fait un peu ce qu’on veux de ce jeu tellement les possibilités sont nombreuses.
Mais pour synthétiser disons que l’on démarre sur une carte généré aléatoirement (le paysage malgré son cubisme est magnifique) et on doit aller chercher des ressources naturelles afin de se construire un abri pour la nuit. La nuit étant peuplée de monstre, il vaut mieux se barricader sérieusement…
Je n’irais pas plus loin dans l’explication, d’autres le font bien mieux que moi, ici, ici et ici

D’ailleurs voici la vidéo de présentation :

Ne la trouvant pas très vendeuse de cet extrêmement bon jeu, jetez plutôt un œil à celle-ci.


Là où le jeu fini par s’épuiser doucement en mode solo, il reprend tout son intérêt en mode multiplayer.

On trouve d’ailleurs sur le net, des dizaines de serveurs Français bien remplis et de nouveaux font leurs apparitions tous les jours…
Malheureusement je n’ai pas encore trouvé chaussure à mon pied niveau multiplayer et je me tâte même pour lancer moi-même sur un serveur Minecraft multiplayer, via un serveur dédié… D’ailleurs si quelques uns sont motivés, faites moi le savoir, cela motivera peut être mon choix !
En tout cas je vous déconseille de tester ce jeu si vous tenez à votre temps libre, par contre si les (jours ?)heures passées devant ce jeu ne vous font pas peur, je ne peut que vous conseiller d’y jouer !

minecraft-logo

EDIT: Voici deux sources qui me paraissent pas mal pour commencer. Il y à bien les vidéos tuto de TheFantasio sur Youtube, mais victime d’une récente suppression de vidéo par un « Gus », il peine à tout ré-uploader!
Découvrir Minecraft part1 / part2

Installation silencieuse de Google Sketchup 8

Ohhh lala comme çà fait longtemps que je n’ai pas eu le temps d’écrire quelques mots ici! Mais voilà j’y suis !

interfacesktchup

J’ai eu besoin récemment d’installer google sketchup sur plusieurs machines n’appartenant pas au même parc etc etc… J’ai donc voulu me bricoler un script portable placé sur ma dropbox, qui me permet d’installer le fameux logiciel de google de manière silencieuse et automatisé. Voyons ensemble tout le processus.

Pour cela commencez déjà par aller chercher la version 8 de google sketchup.

InstallSketchup

Une fois fait vous allez donc vous retrouver avec un fichier nommé GoogleSketchUpWFR.exe.

Je vous conseille de vous préparer un répertoire tout neuf et d’y placer le fichier d’installation.

Deux solutions s’offres à vous. Soit vous avec 7zip ou Winrar d’installé et dans ce cas là vous pouvez renommer le ficher GoogleSketchup8WFR.exe en GoogleSketchup8WFR.rar ce qui vous permettra de l’ouvrir avec 7zip ou Winrar. On peut alors constater que le fichier d’installation n’est qu’un conteneur. Le fichier qui nous intéresse est le fichier msi.

renommageRARLe fichier d’installation n’est qu’un conteneur

L’autre solution consiste à exécuter l’installation et de la quitter au premier message d’accueil. En fait l’étape de décompression qui correspond à la solution 1 est automatiquement réalisée par la solution 2, à la différence qu’il faut aller chercher ce fichier maintenant.

installsketchup8On annule à cet étape!

Rendez vous dans le dossier C:\Documents and Settings\%username%\Local Settings\Temp et cherchez le dossier nommé 7zS**.tmp. Une fois dans le répertoire vous pouvez voir votre fichier MSI tant convoité.

SketchTMP
Une fois ce fichier mis à coté de notre fichier d’install dans notre répertoire tout neuf, vous pouvez, en vues des futures installations, désactiver l’installation automatique de la toolbar google en éditant le MSI avec un éditeur approprié de type Orca (table property et placez la valeur à 0 de la propriété INSTALLGOOGLETOOLBAR) ou le laisser en commutateur dans le script que l’on va bricoler pour l’installation.

modiforcaMsiDans la table property on change la valeur INSTALLGOOGLETOOLBAT à 0

Bon moi je me suis bricolé un script allant chercher tout çà sur mon serveur mais je vous laisse le soin de l’adapter à vos besoins…
Donc pour faire ceci bien proprement, je me suis créé un dossier partagé sur le serveur et j’y ai écrit le script suivant dans un fichier BAT ou CMD

net use t: \\172.18.*.*\googlesketchup
t:
copy GoogleSketchUp8.msi c:\
c:
cd\
GoogleSketchUp8.msi LicenseAccepted=1 INSTALLGOOGLETOOLBAR=0 SETDEFAULTSEARCH=0 /qn /norestart
del GoogleSketchUp8.msi
@echo ___________________________________________
@Echo | CTRL-C POUR NE PAS ETEINDRE LA MACHINE...|
@echo |__________________________________________|
@pause
shutdown -s -f -m \\127.0.0.1 -t 20

Il ne me reste plus qu’à y acceder à partir des machines où je souhaites faire l’installation.
Bon, moi j’y ai rajouté une extinction automatique de la machine après installation mais on peut s’en passer.

Mais revenons sur la commande:

GoogleSketchUp8.msi LicenseAccepted=1 INSTALLGOOGLETOOLBAR=0 SETDEFAULTSEARCH=0 /qn /norestart

LicenseAccepted correspond à la coche traditionnel à valider spécifiant que nous avons pas lu le contrat de licence et que nous validons.

InstallGoogleToolbar correspond à ce que nous avons vu précédemment, c’est à dire la désactivation de l’installation de la google Toolbar (qui soit dit en passant ne sert strictement à rien quand notre navigateur est Google Chrome)

SetDefaultSearch placé à 0 pour ne pas changer notre moteur de recherche par défaut ( de toute fàçon il y à de grande chance que ce soit déjà google)

/qn pour une installation silencieuse

/norestart est comme son nom l’indique le commutateur qui nous permet de nous affranchir d’un redémarrage de la machine (on se demande bien à quoi pourrait servir un redémarrage pour un logiciel non système d’ailleurs).

Dans mon cas le script va chercher ce qu’il à besoin sur le serveur mais dans le cas d’une installation à partir d’une clé USB, il est possible d’enlever les cinq premières commandes (pensez à enlever aussi la ligne del googlesketchup8.msi).

Voilà vous avez de quoi installer google Sketchup en masse!

Bonne installation.

Sources: Extraction du fichier MSI et Commutateurs d’installations

Granola, ne pariez jamais que vous n’en n’installerez qu’un !

granola_logo

graola_win

Granola, ou comment sauver des touffes d’herbes et des marguerites…
Plus sérieusement, Granola, découvert grâce à l’excellent podcast de TechnoIT (je n’ai pas d’actions chez eux malgré la fréquence des références à ce podcast), vous propose tout en étant completement transparent pour l’utilisateur de réguler les performances de votre machine afin de vous faire sauver, arbres, fleurs etc etc, en gros de sauver la nature… MisterWave (la boite mère) à pensé à vous, à nous, pauvres pingres que nous sommes en nous quantifiant en plus des marguerites et touffes d’herbes, l’argent que vous avez économisé.
Histoire de dédramatiser le concept, on nous propose aussi un comptage en heure, d’air conditionné, d’utilisation ampoule etc etc… Pour couronner le tout, on nous montre même le pourcentage d’énergie CPU économiser accompagné de la phrase magique « …and you didn’t even notice ! » que mon pauvre anglais traduirait par «  et vous ne l’avez même pas remarqué » ou « et vous ne vous en êtes même pas rendu compte ». Que les Bilingues me foudroie si je me fourvoie !

Granola est assez pauvre coté réglages et n’en nécessites pas d’autres (à part de pouvoir renseigner un proxy mais on en parlera plus tard)… Quelques options bien sympa sont présente comme le fait, de pouvoir renseigner le prix du Kwh, de pouvoir choisir son économie jusqu’à l’instant présent ou une estimation de votre économies annuelle.

Malgré le coté écolo-responsable, Mistewave nous afficher les possibilités de partager notre geste responsable sur Twitter et Facebook. Une bien belle manière de dire « je sauve la planète et vous ? »

granola_failLa possibilité de se créér un compte sur le site de granola est présent, et permet d’y retrouver vos stats ! Plutôt une bonne idée pour cumuler les résultats de plusieurs postes ! Granola est bien sûr gratuit pour une utilisation personnelle, mais payant en entreprise! On peut installer jusqu’à 5 postes librement, puis il faudra faire l’acquisition de Licenses au prix de 7.99$ l’unitée. Après un rapide calcul, il me faudrait à peu près 1 an d’utilisation de Granola pour rentabiliser son achat (calcul sur un poste). Un point négatif cependant, l’impossibilité de granola de pouvoir rentrer ses paramètres de compte dans le logiciel à travers un proxy authentifié… N’utilise t-il pas les paramètres de proxy de Windows ??? Gageons que cela corrigé prochainement car cela devient contraignant pour l’utilisation en entreprise…

Du coté des regrets, force est de constater que le système utilisé pour affiner les performances de votre machine appelé Dynamic Voltage and Frequency Settings (DVFS) n’est malheureusement pas activé/implanté dans toute les machines. Une machine récente aura surement la comptabilité mais ne sera pas forcement activé ! Une opération qui se gère au niveau du BIOS, endroit déconseillé pour les plus débutants d’entre nous, car une manipulation hasardeuse pour vite être dévastatrice ! J’ai aussi constaté que mes serveurs n’était pas comptable, et c’est bien dommage vu son fonctionnement permanent.

granola_foretPour conclure je dirais que Granola, n’ayant pas encore trop fait parler de lui, mériterait d’être projeter au devant de la scène vu les sévices que nous infligeons quotidiennement à notre mère nature ! Alors serriez vous d’accord avec moi pour dire « Granola, ne pariez jamais que vous n’en n’installerez qu’un ! »

plusLES PLUS

– Aspect ludique des statistiques

– Transparent pour l’utilisateur

– Gratuit en dessous de 5 postes

– Simplicité de mise en place et d’emploi

plusLES MOINS

– Ne traverse pas les proxys authentifiés

– La langue française aurait été un plus

– Ne fonctionne pas sur les machines anciennes

– DVFS non activé par défaut sur certaines machines recentes

TecnoIT spécial Apple

Les vacances sont terminées! Au loin les plages, au loin le soleil (même si on en à pas eu beaucoup)…
Pour bien aborder la rentrée, je vous propose d’écouter un épisode un peu particulier de l’excelent podcast TechnoIt. Particulier car il traite pour une fois de l’informatique en entreprise version Apple! N’ayant plus rien à prouver sur le marché du grand public, découvrez au travers de Guillaume Gete (consultant Apple), que la marque à la Pomme dispose d’armes solides pour envahir les entreprises…

Ne ratez sous aucun prétexte cet épisode!

Le billet de l’épisode